Grève de la faim à Pôle Emploi, les associations de chômeurs soutiennent

Publié le par UL CGT LE HAVRE

 

 

 

 

 

 

Une salariée de Pôle Emploi est en grève de la faim depuis le 5 octobre 2011.

 

Isabelle De Leon est une professionnelle du placement, conseillère à l’emploi, qui refuse de se prêter au nouveau projet sur le suivi des chômeurs que propose Pôle Emploi, à travers l' « Entretien Individuel Diagnostic » (EID).   

 

Elle défend courageusement, en tant que citoyenne, le service public. En effet, c’est au non de la liberté qu’elle a choisi de ne pas appliquer les consignes de sa direction sur l’EID, et c’est au nom de l’égalité des droits des demandeurs d’emploi qu’elle défend l’accès de tous à un service public de qualité. Au nom de la solidarité, elle refuse de vérifier les papiers d’identités, considérant qu’elle est au service du public et que son rôle n’est pas de contrôler, suspecter et dénoncer. Le service public, dit-elle, est le seul véritable outil de redistribution, le seul garant possible d’égalité de traitement et le seul principe capable de maintenir les droits fondamentaux d’aujourd’hui et de demain.

 

Isabelle de Léon a déja été sanctionnée (blâme) et est à nouveau convoquée en conseil de discipline le 13 octobre.

 

Les associations de chômeurs soutiennent Isabelle de Léon :

 

"Nous, organisation de défense des chômeurs, avons décidé de soutenir Isabelle De Leon dans son combat contre la mise en place de l’EID et ses conséquences néfastes pour tous, chômeurs et salariés.

En effet, Les nombreux chômeurs qui participent à nos permanences sociales témoignent de toutes les difficultés qu’ils rencontrent pour être informés sur leurs droits les plus élémentaires et pour obtenir le respect de ceux-ci. L’application généralisée de l’EID, nouveau type d’entretien, ne fera qu’aggraver ces difficultés, avec des conséquences négatives sur l’instruction des dossiers d’indemnisation, sur le suivi des demandeurs d’emploi et sur les ruptures d’inscription : cessations d’inscription, contrôle, radiations dues à des informations non transmises ou transmises avec retard etc...

La Direction de Pôle Emploi veut faire croire que cette nouvelle offre de service se ferait au bénéfice des demandeurs d’emploi, mais la réalité est tout autre. L’EID est un entretien qui se déroule sur 50 minutes. Lors de cette entrevue, tout le dossier du Demandeur d’emploi est passé au crible : contrôle et validation de la carte d’identité, contrôle des attestations, collecte des éléments personnels pour enrichir leur fichier AUDE. On instruit aussi à ce moment là les droits a indemnisation, et on valide un projet professionnel qui est contractualisé par la signature du PPAE. L’EID est a lui seul une machine a cadence infernale... Il est évident que le conseiller de Pôle Emploi n’a pas le temps de tout faire et que la vérification des pièces et l’instruction de l’indemnisation font passer au second plan la validation du projet professionnel. La profession de conseiller à l’emploi est alors réduite à la portion congrue. Au final, l’ EID est une machine qui lamine la profession de conseiller à l’emploi et qui, par son caractère globalisant, augmente les risques d’erreurs dans le traitement des dossiers.(...)"

 

Pour lire l'ensemble du texte : http://bellaciao.org/fr/IMG/pdf/SOUTIEN_ISABELLE_V4.pdf

 

Nous sommes tous concernés !

Publié dans Luttes

Commenter cet article