Les Roumains protestent contre la casse du code du travail

Publié le par UL CGT LE HAVRE

Sur le site de la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie :

 

Les syndicats roumains manifestent contre les changements dans le Code du travail

Près de 8.000 personnes sont descendues dans la rue à Bucarest pour manifester contre la décision du gouvernement d’introduire des changements dans le Code du travail qui affaibliront le droit à la négociation collective et conduiront à une augmentation de l’emploi précaire.

ROUMANIE:  Le 16 mars, 8.000 syndicalistes se sont rassemblés Place de la Constitution à Bucarest pour protester contre les changements proposés par le gouvernement dans la législation roumaine du travail.

Selon les termes de la lettre envoyée par la Confédération syndicale internationale CSI à la Chambre roumaine des députés, les "propositions du gouvernement vont gravement limiter la possibilité de créer de nouvelles organisations de base et compromettre la représentativité des organisations à différents niveaux par une décentralisation effective de la négociation collective en la rattachant principalement à des négociations au niveau de l'entreprise. Les changements vont encore diluer davantage le protection des droits des travailleurs et travailleuses au niveau individuel en permettant des abus sur la réglementation des contrats à durée déterminée, en transférant la charge de la preuve de l'employeur au salarié, et en imposant un régime plus "flexible" permettant d'adapter la durée du travail".

La manifestation était organisée par cinq confédérations syndicales, et notamment par le Cartel Alfa dont l'un de ses membres, la fédération syndicale METAROM, est aussi affiliée à la FIOM.

Les manifestants, porteurs de pancartes et de banderoles, protestaient contre les changements proposés en accusant le Président du pays, Traian Basescu, et le Premier ministre, Emil Boc, d'imposer les changements sans consultation préalable. On pouvait lire sur certaines banderoles: "Sauvons le Code du travail!", "À bas ce gouvernement de menteurs!", "À bas l'esclavage Basescu", "Laissez-nous tranquille!".

Les syndicats ont prévenu que cette manifestation marque le début d'une série d'actions revendicatives au cas où le gouvernement appliquerait les changements prévus. Les syndicats ont déjà commencé à recueillir des signatures pour organiser une grève générale.

Les cheminots ont exprimé leur solidarité avec les manifestants et plusieurs centaines d'entre eux sont venus à Bucarest pour exprimer leur mécontentement avec les projets du gouvernement. Les chemins de fer roumains (CFR) ont protesté en bloquant tout le trafic ferroviaire pendant deux heures.

L'action revendicative accompagnait le vote sur la motion de censure de l'opposition de centre-gauche au Parlement roumain contre le Premier ministre, Emil Boc, bien que le vote n'ait pas pu recueillir la majorité requise.

La Commission européenne examine si les changements proposés sont conformes à la législation de l'Union européenne. Au cours d'un entretien, le député européen roumain, Laszlo Andor, commissaire européen chargé de l'emploi, des affaires sociales et de l'inclusion, a exprimé ses préoccupations sur les amendements proposés au Code du travail.

Plus tard, le Parti social-démocrate roumain (PSD) a publié un communiqué de presse sur les risques auxquels s'expose la Roumanie face à la procédure d'infraction de l'UE sur l'absence de dialogue social. Mar 18, 2011 – Alex Ivanou

Publié dans International

Commenter cet article